Fleur de lys au masculin

By | 8 mars 2021

« Lilium » est le nom de la fleur de lys en latin. Cela signifie « tendre » et « délicat ». Cette fleur blanche possède de grands pétales blancs harmonieux. Son élégance lui confère le symbole de la pureté et de la virginité.

Dans notre look BLANC DIAMANT, nous avions utilisé le lys pour mettre en avant ce solitaire. Le diamant est d’ailleurs un autre symbole de la pureté et de la royauté.

Dans l’iconographie chrétienne, le lys végétal a été associé à la Vierge Marie lui ajoutant ainsi un symbole de fécondité.

Icône de la Vierge Marie portant l’enfant Jésus et des fleurs de lys végétales. D’autres icônes la représentent dans un vêtement couvert de fleurs de lys héraldiques.

L’interprétation graphique héraldique avec trois pétales droits se rapporte à la trinité chrétienne, le Père, le Fils et le Saint-Esprit mais également au symbole des trois vertus (la Foi, la charité et l’espérance), dépassant ainsi son aspect uniquement féminin.

Ce dessin a été choisi par la royauté pour asseoir son pouvoir. Les rois ont repris le symbole de la fleur de lys, attribut hautement religieux, pour faire valoir leur pouvoir divin, issu de Dieu et non des hommes. La coloration dorée des fleurs est également une allégorie du Christ Lumière, des rayons du soleil.

On retrouve la fleur de lys depuis l’antiquité, mais de façon plus évidente à partir du Moyen-Age. La légende retient que ce serait Clovis qui l’aurait adoptée à la suite d’une bataille gagnée en traversant un champ de fleurs de lys. A la suite de cette victoire, il se convertit au christianisme, comme il l’avait promis à sa femme Clotilde. Il remplace alors les trois crapauds de son drapeau par trois fleurs de lys. Au même titre que d’autres dynasties choisissent le symbole du lion, de l’aigle etc. La fleur de lys devient l’ornement héraldique royal français. Elle se maintient au fil des siècles dans toutes les lignées royales ; Mérovingiens – exemple ci-dessous avec Childeric 1er, Carolingiens – Charlemagne et sa descendance, Capétiens – exemple ci-dessous avec Philippe IV le Bel, Valois – exemple avec Charles V, et Bourbons – exemple de Louis XIV usant au maximum la représentation dorée pour affirmer sa monarchie absolue de droit divin.

Childeric 1er est le premier roi franc de la dynastie mérovingienne (458 – 482). Avant Clovis, on peut donc remarquer qu’il arborait déjà la fleur de lys sur sa couronne royale bien que le royaume fût encore majoritairement païen.
Dans cette miniature du XVème siècle, Charlemagne (768 – 814), doté de la grande barbe, couronne son fils Louis 1er le Pieux roi d’Aquitaine (814 – 840). On remarque ainsi que ces deux personnages royaux portent des manteaux brodés de lys. Le mur est également recouvert d’une tapisserie brodée.
Capétien, Philippe IV le Bel (1285 – 1314) est représenté dans ce portrait datant du XIXème siècle avec ses atours royaux, cape et couronne décorées de fleurs de lys. Il tient ici une épée alors qu’on le voit plus souvent avec le sceptre de la justice.
Cette miniature peinte du vivant du roi représente Charles V (1364 – 1380) de la lignée des Valois, Jeanne de Bourbon et leurs enfants, recevant l’hommage d’un manuscrit. On peut remarquer que toute la famille royale porte la fleur de lys en monogramme et que la colonne du palais est également peinte.
Ce portrait de Louis XIV de Rigaud est le plus célèbre portrait royal de l’histoire de France. A partir de l’avènement des Bourbons à la couronne, le portrait officiel des rois de France adopte la formule du « portrait en manteau fleurdelisé de sacre ». En réalité, le roi ne le portait jamais.

Cette période royale a vu « fleurir » des fleurs de lys de toute part comme attribut de décor royal : monuments et sculptures, tapisseries, tissus et vêtements etc…La présence de la fleur de lys est d’ailleurs un bon indice pour les historiens et archéologues qui peuvent donc attester une présence ou une appartenance royale. C’est le cas des châteaux de la Loire par exemple ou d’un casque de parade de Charles VI dont le décor fleurdelisé a pu constituer un indice pour l’identifier et le dater.

Miniature du XVème siècle représentant l’entrée d’Isabeau de Bavière à Paris en 1385. La ville est pavoisée d’étendards aux armes de la France et de la Bavière.
Le cheval royal d’Henri 1er (1031 – 1060) reconnaissable à sa couverture fleurdelisée. (Miniature du XVème siècle)
Photo de la Sainte Chapelle au plafond entièrement peint de fleurs de lys.
L’écu d’or de Saint Louis. Cet écu frappé en 1270 à l’occasion de la croisade vers Tunis, devait faire concurrence aux dinars d’or des États musulmans et aux florins d’or de Florence. La monnaie porte un écu semé de six fleurs de lys. C’est la première fois que les armes de France sont marquées sur une monnaie. Il ne subsiste que huit exemplaires connus de cet écu, ce qui en fait la monnaie la plus recherchée de la numismatique française. Cet exemplaire est conservé au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France.
Portail de Versailles orné de fleurs de lys dorées

Malheureusement, une part non négligeable de la production fleurdelisée de l’époque a été détruite puisque le symbole royal était particulièrement visé par les révolutionnaires de 1789 souhaitant abolir l’Ancien Régime.

Après l’Empire, la fleur de lys ré-apparaît sous la Restauration mais elle est définitivement supprimée du drapeau national par Louis Philippe lors de la révolution de 1830. Le drapeau tricolore prend sa place comme symbole national. Symboliquement, Louis-Philippe est alors proclamé « roi des Français » et non plus « roi de France ».

Tableau du XIXème siècle représentant Louis-Philippe (1773 – 1850) et ses fils sortant à cheval du château de Versailles. On remarque l’absence de fleurs de lys. La croix de l’Ordre est par contre très présente.

Au cours des siècles, les français ne sont pas les seuls à adopter le symbole car on la retrouve dans toute l’Europe, notamment en Italie, avec la fleur de lys rouge des Médicis. Le florin d’or frappé d’une fleur de lys est également beaucoup plus connu que l’écu d’or français de Saint Louis.

Palazzo Vecchio à Florence, en Italie avec la fleur de lys rouge – Source Wikiwand.com

De nos jours, même si la fleur de lys n’est plus le symbole national, elle reste le symbole de la noblesse issue d’une lignée royale. Ses membres en sont toujours porteurs par leurs blasons héraldiques qui se perpétuent au fils des alliances et des mariages.

La fleur de lys est justement symbole de l’union maritale pour sa référence à l’amour pur et à la noblesse des sentiments.

Lors d’un mariage, les femmes ont une multitude de choix pour se parer. Les hommes sont plus en peine. Que porter pour marquer l’occasion par rapport au quotidien, notamment pour ceux qui s’habillent en costume tous les jours ? C’est pour répondre à une demande de bijoux masculins de cérémonie que nous avons adapté nos modèles de fleurs de lys en épingles et en boutons de manchette fleur de lys. Ces bijoux permettent de rehausser la préciosité du costume pour marquer un moment insolite. Ornés d’une fleur de lys, ils ajoutent une connotation d’appartenance et de filiation à la simple élégance du bijou.

Au-delà d’un mariage ou de fiançailles, ce sont des bijoux à porter à l’occasion d’une remise de diplôme, d’une légion d’honneur… La fleur de lys se porte aussi lors d’un décès comme symbole de sérénité et de purification de l’âme. Les hommes les plus distingués la portent même au quotidien. Dans ce cas, l’épingle est la plus pratique.

La version légère de l’épingle de foulard fleur de lys est appréciée par les hommes souhaitant mixer tradition et modernité. Ces derniers, portant de plus en plus foulards et écharpes à la place de la traditionnelle cravate, se singularisent par une élégance différente. Sur le blog de tendance masculine Comme un camion, les hommes pourront trouver différentes manières de nouer un foulard. Il suffira de piquer l’épingle dans la chèche nouée en corde ou en lavallière. Le rendu est volontairement bohème doté d’un soupçon aristocratique. La légèreté de notre modèle permet de piquer un tissu même léger.

La version traditionnelle de l’épingle de cravate fleur de lys est plus cossue afin de bien s’équilibrer avec le tissu épais. La porter en dehors d’une cérémonie est un brin décalé et confère une allure dandy. C’est la raison pour laquelle elle est recherchée. Le blog mode de l’Express en parlait justement en montrant une photo de Karl Lagerfeld. En 2014, le journaliste de cet article mentionnait qu’elle était plus désuète que la pince à cravate. C’est justement ce que recherche le dandy de 2020 / 2030, un bijou du passé à remettre au goût du jour dans un style néo-iconoclaste.

La tendance passe mais l’élégance reste. Le port d’une belle fleur de lys sur une cravate bleue est une marque de distinction intemporelle.

Bookmark and Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *